La Puissance du Jeûne

Croire en vous, misez dans le vivant, dans votre capacité d'adaptation afin de laisser place à l'homéostasie et de capitaliser votre potentiel santé ! Cela passe avant tout par une compréhension du vivant. Apprenez à vous écouter et à comprendre le fonctionnement de votre organisme.


Bienvenue dans la rubrique loi de l'hormèse. Aujourd'hui nous allons parler de l'autolyse (ou autophagie) lors d'un jeûne prolongé. Jeûner est une bonne démarche, mais jeûner consciemment et surtout prendre conscience des processus physiologiques que cela peut engendrer, je pense que, pour vous aider dans cette démarche, cela est important.


Le jeûne (court ou long) est pour moi l'un des piliers de la loi de l'hormèse. Il est la pratique de la loi de l'hormèse la plus puissante qui poussera votre corps à tendre vers l'amélioration. Sans se préoccuper de ce que l'on va mettre dans notre assiette, cette fourchette de jeûne (cette plage horaire sans alimentation) va permettre d'enclencher une multitude de processus physiologiques...

Je vous partage mes connaissances personnelles afin que vous puissiez atteindre cette autonomie pour retrouver votre pleine santé ! J'espère que cette article vous plaira 😊.


Jeûne et autolyse/ autophagie


  • Lors d’un stress, comme le manque de nourriture, les cellules peuvent digérer, éliminer et recycler, à l’intérieur d’elles-mêmes, dans le liquide intracellulaire composé par le cytosol et différents organites, appelé

cytoplasme (Cytosol + organites), des

structures cellulaires endommagées, des déchets, en molécules utilisables pour leur métabolisme. Elles vont générer de l’énergie via leurs déchets…


  • En se nourrissant du soi (et non du non-soi), le corps va pouvoir procéder à un véritable décrassage et recyclage et va se régénérer en éliminant ses structures usagées. L’autophagie débute par la formation de petites vésicules à double membrane dans le cytoplasme de la cellule. Cette vésicule, appelée autophagosome, se forme autour de molécules ou de structures cellulaires endommagées. Une fois formée, l’autophagosome transporte sa cargaison vers un autre organite vésiculaire « de recyclage » appelé lysosome (vésicule à simple membrane) qui contient des enzymes et des molécules capables de dégrader, décomposer alors ces déchets d'acides aminés, d'acides gras, de sucres simples, etc…


  • Ces éléments peuvent ensuite être utilisés par la cellule pour son métabolisme en permettant de lui fournir divers matériaux de base, ainsi que du carburant contribuant à sa survie. L’autophagie a plusieurs fonctions :

  1. Elle permet aux cellules de se débarrasser des amas de protéines inutiles, mal formées ainsi que des organites cytoplasmiques (contenu dans le cytosol, à l’intérieur de la cellule) comme les mitochondries lorsqu’elles sont usées.

  2. En période de jeûne prolongé, elle permet aux cellules de « digérer » des parties d’elles-mêmes pour pouvoir survivre.

  3. Elle favorise la restructuration des cellules au cours du développement. Des recherches scientifiques récentes ont montrées un possible lien entre un dysfonctionnement du processus d’autophagie et plusieurs maladies neurodégénératives associés aux maladies de Parkinson et d’Alzheimer.

Pour plus d'information sur le sujet de la loi de l'hormèse, je vous invite à faire un tour sur mon Instagram en cliquant sur le lien qui suit : https://www.instagram.com/julien_naturopathe/?hl=fr

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout